Mes mémorables vacances au ski

Durant les vacances de noël, Julie et moi avions loué un gite dans le massif central dans lequel nous pouvions loger avec 2 autres couples d’amis proches. C’était une maison de caractère avec 3 grandes chambres, un grand séjour avec cheminée et une salle de bain avec baignoire dans laquelle nous pouvions aisément loger à 2 personnes, voir 3.

Le premier soir, Paul et Margaux décidèrent de prendre la chambre du bas avec cheminée alors que Anthony et Ambroisie prirent 1 chambre à l’étage et Julie et moi l’autre se trouvant également à l’étage. Nous étions arrivés dans l’après-midi et avions prévus la fin de journée pour nous installer. L’heure du repas arrivant, nous fîmes la cuisine afin de dîner tout en nous délectant des quelques bons Bordeaux que nous avions prévus. La soirée ne traîna pas trop car nous avions prévus de nous lever à 7h afin de profiter au maximum de notre journée de ski à venir. Allant nous coucher, au moment de fermer la porte de notre chambre seulement éclairée d’une petite lampe de chevet se réfléchissant sur les poutres apparentes, je fus pris d’une excitation certainement due au fait d’être dans une chambre ayant vu de nombreux autres ébats d’inconnus. Je saisis alors Julie par les fesses sans qu’elle n’ait eu le temps de se dévêtir et lui donne un baiser si langoureux qu’il n’y eut point besoin de lui expliquer mes intentions pour la nuit à venir. Excitée par la situation, elle décida donc d’enlever son débardeur ainsi que ses ravissants sous-vêtements en dentelle fine. Nous fîmes ainsi l’amour durant de longues minutes avant de nous endormir lovés dans les bras l’un de l’autre sans imaginer les événements du lendemain…

Le matin, après le petit câlin matinal, je descendis à la salle de bain du bas que nous partagions tous et interrompis Margaux qui se maquillait nue enveloppée dans sa serviette qui s’arrêtait au milieu de ses cuisses divinement galbées. Je ressentis alors un léger frisson à sa vue dans une telle tenue. C’était plus fort que moi, je ne pouvais m’en empêcher. Ce n’était pas la première fois que le bas de mon ventre frissonnait à sa vue. Ainsi lorsque nous faisions nos séances hebdomadaires de sport suivi d’une session de sauna et de hammam, mon sommeil était toujours hanté par la vision de sa ravissante silhouette brillante de transpiration. Etant également légèrement fétichiste, je ne pouvais m’empêcher à chacune de mes visite à leur domicile, de me rendre dans leur salle de bain où se trouve les WC, au prétexte d’une envie pressente, dans le seul et unique but de fouiller dans la panière à linge afin de dénicher ses sous-vêtements, de les contempler et de les porter à mon visage pour les humer. Mais c’est une autre histoire. Nous partîmes donc ensuite pour une journée de ski qui révéla une complicité nouvelle entre elle et moi.

Le soir, au moment de me coucher, nous nous embrassons tous et nous souhaitons une bonne nuit avant de rentrer dans nos chambres respectives. Julie était chaude comme la braise, elle me demanda de m’allonger nu sur le lit et me proposa un striptease. Elle avait prévue son coup et glissée sous sa robe qui moulait à ravir sa silhouette galbée, un bustier blanc mettant en valeur son généreux 85C, un string à jarretière assorti ainsi que des bas magnifiant ses jambes portées par des talons aiguilles. Une fois sa robe dégrafée et tombée à ses chevilles, elle me chevaucha telle un félin, et m’embrassa les lèvres, le cou, le torse puis le ventre tout en m’interdisant de la toucher pour faire monter la pression. Elle se releva, me dominant ainsi de toute sa hauteur et se maintint à la poutre de la charpente, elle dégrafe sa jarretière, la jette sur le bord du lit, puis dégrafe son bustier qui libère sa poitrine généreuse et dévoile ses tétons fièrement dressés. Elle s’accroupit alors sur mon sexe et vérifie ma vigueur qui s’avérait être bien présente. Elle saisi mes mains, les ramène sur ses seins que je prends plaisir à caresser. Je sentis son sexe imberbe caressant le mien à travers la fine dentelle de son string ainsi que sa chaleur et son humidité poindre. Mes mains glissent alors le long de son buste, puis sur ses hanches pour finir sur les globes parfaits que forment son doux fessier. Elle se pencha alors vers mon visage lui permettant ainsi de pouvoir ôter son string qui parcourt la longueur de ses jambes avec une lenteur à me rendre fou de désir. Elle me fait sentir sa fine dentelle, le pose dans ma main puis d’un brusque mouvement de bassin, remonte le long de mon corps pour me faire découvrir son abricot. Admirant désormais celui-ci de près, je pouvais le voir luire de plaisir et sentir cette odeur si caractéristique et excitante. Elle fit de légers mouvements de bassin frottant ainsi son petit bourgeon fièrement dressé sur le bout de mon nez puis bascula un peu plus son bassin afin que je puisse glisser ma langue dans le si agréable et chaleureux sillon que forment ses lèvres rosâtres. Me délectant de son nectar, je la sentis frissonner et des gémissements se faisaient entendre jusqu’au moment où tous ses muscles se relâchèrent sous l’effet de son premier orgasme. Ne lui laissant point de répit tellement mon érection était intense, je la posai sur le dos et la pénétrai délicatement. Mes mouvements se faisaient lents et délicat, je ressentais ainsi toute la douceur de son vagin. Puis sentant le plaisir monter de façon inexorable, j’augmentais la cadence jusqu’à l’atteinte de l’extase que peut procurer un orgasme simultané lorsqu’elle sentit mon jus couler en elle. Repus, nous nous embrassâmes sans un mot mais avec un regard pétillant et complice et nous endormions sans imaginer ce qui était à venir…

En effet, sur les environ de 2h du matin, pensant que tout le monde dormait, je me suis levé et allai nu jusqu’au frigo prendre une bouteille. Je fût surpris de voir une faible lumière venir de la porte de la salle de bain restée entrebâillée. Me rapprochant de la porte pour éteindre la lumière, j’entendis de légers bruits d’eau ; admettant qu’il pourrait peut-être y avoir quelqu’un je m’approchai discrètement et quelle fût ma surprise lorsque je vis, à la lueur des bougies qu’elle avait pris soin d’installer, le corps nu de margaux se dodelinant dans son bain. Elle était là, sous mes yeux, nue, en plein milieu de la nuit et moi nu dans l’entrebâillement de la porte. Je restai figé, je ne savais que faire, rester là l’observer, retourner me coucher comme si de rien étais ou bien tenter ma chance en entrant dans la salle de bain. Mon cœur palpitait du spectacle s’offrant à moi, elle faisait glisser ses mains sur son corps, s’octroyant de brèves caresses au niveau de son entrecuisse. Mon sexe dressé, je ne pus m’empêcher de le saisir et de lui infliger de lents va-et-vient tout en retenant ma respiration. Ses mains s’attardaient de plus en plus sur son petit bouton dardé, un doigt pénétra son vagin, ses yeux se fermés et soudain le plaisir s’empara d’elle, lâchant un discret gémissement. Complètement abandonnée à son plaisir, elle tourna la tête et fut surprise de me voir à ses côtés le sexe à la main. Je commençai à balbutier une excuse quant elle me fit signe de me taire. Emportée par la situation, elle me fit lâcher mon sexe et le prit en bouche pour m’offrir une majestueuse fellation comme rarement j’en avais reçu, sa langue et ses lèvres glissaient sur ma tige avec délectation. Soudain, elle s’interrompit, sortit de la baignoire, me prit par la main, la posa sur son sexe chaud et s’appuya contre le lavabo. Debout derrière elle, mon doigt attisant son clitoris, je me glissai en elle et baladai mes mains sur son corps qui hantait mes fantasmes. Mes mains glissaient de ses seins à son ventre puis sur ses hanches. Je la prenais délicatement puis plus vigoureusement, nos respirations mêlées se faisaient plus fortes et plus rapides, elle fût prise de spasmes de plaisir et mon éjaculation lui procura un véritable orgasme la faisant se relâcher sur le lavabo. Elle se retourna, me prit dans ses bras et m’embrassa langoureusement, ses mains découvraient mon corps, le caressait. Après un long moment de délectations, je lui prodigue un dernier baiser et nous retournons nous coucher avec nos partenaires respectifs. La suite des vacances fût très agréable…

Proposée par fiorano

Une réflexion sur « Mes mémorables vacances au ski »

Laisser un commentaire